11.12.2020

Massimo Cimatti à l’Assemblée Nationale de Re Mind – Filiera Immobiliare

Le 24 novembre 2020, lors de l’Assemblée Nationale de Re Mind Filiera Immobiliare « Politiques Immobilières Européennes et Italiennes», Massimo Cimatti a participé à un débat sur le thème des investissements étrangers en Italie, avec comme intervenants Andrea Gumina (Conseiller du Ministre des Affaires Étrangères), Carlo Corazza (Directeur du Bureau du Parlement Européen en Italie) et Paolo Crisafi (Président de Re Mind Filiera Immobiliare). Étaient également présents Giorgio Palmucci (Président de l’ENIT), Ivano Ilardo (Ernst & Young Advisory) et Marco Mari (Directeur Général de Manifattura Immobiliare Re Mind et Président de Gbc Italia). Connectés en streaming depuis Rome, Carla Cappiello (Présidente de l’Ordre des Ingénieurs de Rome) et Ruggero Giannini (Chef Planification auprès de l’Ordre des Ingénieurs).

progetto turistico culturale

La culture et le tourisme vont sauver l’Italie

La présentation de Massimo Cimatti visait à souligner le rôle essentiel du tourisme culturel dans la mise en valeur du territoire italien, en particulier des lieux dits mineurs, et, par conséquent, dans le développement social et économique de l’ensemble du « Système Pays ». L‘immobilier peut apporter une contribution décisive à ce processus.

« Le tourisme et l’immobilier vont de pair car le tourisme a besoin d’espaces et de lieux et, par conséquent, d’immeubles. Dans le même temps, de nombreux édifices historiques dispersés sur le territoire, abandonnés et désormais dépourvus d’identité, peuvent être repensés et exploités pour le tourisme, en essayant de sauvegarder leur histoire et leur identité originelle, voire en devenant eux-mêmes une « attraction ». S’ils sont intégrés dans un projet harmonieux et organique, ces bâtiments peuvent représenter un moteur économique important pour le tourisme, la culture, l’immobilier et, en général, pour l’ensemble du « Système Italie ».

Au cours de ces dernières années, j’ai beaucoup travaillé sur le développement d’une chaîne hôtelière dédiée au tourisme culturel, mais pour y arriver, il est nécessaire que tous les acteurs concernés abandonnent leur vision à courte vue limitée aux grandes villes italiennes. Il est essentiel de se concentrer sur les provinces, les petites et moyennes, car notre pays est une terre de merveilles, qui reste à découvrir en termes de culture, de tourisme et même d’immobilier. Des merveilles que, malheureusement, nous ne connaissons souvent même pas, car nous sommes toujours concentrés sur les mêmes endroits. Nous sommes tellement « riches » en beauté que nous ne pouvons pas nous contenter de montrer au monde entier seulement Florence, Venise, Rome ou Milan, mais nous devons faire découvrir tous les coins d’Italie qui doivent être pensés, organisés, mis en valeur et promus du point de vue du tourisme culturel ».

Lire aussi: Massimo Cimatti au webinaire de Re Mind : Projet touristique culturel d’Agedi

Unir les forces pour un projet de tourisme culturel de grande envergure

Cimatti a également souligné la nécessité de l’engagement de tous pour la réussite de ce projet ambitieux.

« Dans le tourisme culturel, j’inclus également l’oenogastronomie, l’artisanat et les traditions locales. Même dans l’ère post-Covid, les touristes du monde entier continueront à rechercher des « expériences », et nous devons donc leur proposer des propositions harmonieuses qui leur permettent de profiter à 360° de la beauté et du patrimoine de notre Pays. Nous sommes un très petit Pays par rapport au reste du monde, mais si nous sommes au centre et que nous sommes toujours respectés, c’est surtout grâce à notre histoire et à notre culture.  Gaspiller les « talents » dont nous disposons serait une erreur impardonnable.

Créer un projet de tourisme culturel signifie mettre toutes nos forces en commun. Nous avons avant tout besoin d’une simplification de la réglementation qui permettra à ceux qui vont se lancer dans ce projet de développer de manière fluide et efficace les actifs immobiliers qui seront inclus dans le projet, dans le but de suivre un concept de projet commun ayant la culture comme fil conducteur. En ce sens, nous avons certainement besoin du soutien du Gouvernement, surtout en termes de développement des infrastructures, de simplification bureaucratique-administrative et de l’incitation fiscale, qui sont cruciales pour attirer les capitaux étrangers en Italie ».

L’inspiration du projet français « Auberges de jeunesse”

“Prenant exemple sur un projet français qui pourrait également être mis en œuvre dans notre Pays, il existe en Italie de nombreux biens immobiliers qui pourraient être développés à d’autres fins. Je pense en particulier aux anciennes colonies de vacances de l’époque de Mussolini, qui appartiennent aujourd’hui à divers organismes, à l’Office des Biens de l’État, à des particuliers, à des organismes ecclésiastiques, ainsi qu’à d’anciens pensionnats, monastères ou abbayes, qui se prêtent particulièrement bien à l’hébergement des jeunes. Nous avons récemment travaillé sur la catégorie « auberges de jeunesse » pour une vingtaine d’anciennes colonies de vacances, en les repensant dans une optique 2.0 et en les combinant avec une gamme de services adaptés aux nouveaux besoins des jeunes. En partant du modèle français, nous imaginons un modèle « Made in Italy » qui s’adapte à notre contexte et à nos particularités.

En me référant ensuite à un autre modèle français, cette fois celui du « mobile-home », nous pourrions importer un système similaire dans notre Pays dans la logique du tourisme vert. Avec tant de terres inexploitées en Italie, immergées dans des contextes naturels extraordinaires, nous étudions la manière de créer des « logements mobiles » qui utiliseront ces terres de manière temporaire ou saisonnière. Tout cela doit être accompagné d’une politique programmée de marketing territorial pour amener les touristes dans ces lieux, actuellement inconnus.

Tous ces projets demandent un grand engagement non seulement dans le présent, mais aussi dans un avenir proche. C’est précisément grâce à ces projets de redéveloppement que de nombreuses régions de notre beau Pays en sortiront enrichies dans tous les sens du terme et plus fortes ».

L’objectif est donc de contribuer au développement organique et harmonieux de l’ensemble du Système National, grâce à notre patrimoine extraordinaire dans tous les coins de l’Italie. Ainsi, les grands investisseurs ne s’intéresseront plus seulement aux grandes villes, désormais surpeuplées, mais seront également attirés par d’autres lieux extraordinaires, moins connus, mais, pour cette même raison, plus authentiques et encore à découvrir ».

Remerciements et conclusions

Cimatti a conclu son discours en remerciant chaleureusement Paolo Crisafi, président de Re Mind – Filiera Immobiliare, pour le travail qu’il accomplit afin d’attirer l’attention sur ces questions – dont le besoin est si grand – et de stimuler une comparaison constructive et synergique constante entre tous les participants.

Voir la version intégrale du discours de Massimo Cimatti à l’Assemblée Nationale « Politiques Immobilières Européennes et Italiennes »: