13.12.2022

Bureaux et lieux de travail Post Covid-19 : des changements s’annoncent

Si la pandémie a menacé l’avenir des lieux de travail tels que nous les connaissons, il est tout aussi vrai que les bureaux post-Covid-19 présentent des opportunités sans précédent. La réduction des effectifs de notre entreprise a été l’occasion de réaménager les espaces dans lesquels nous travaillons, en comblant ses nombreuses lacunes. Bien sûr, il est nécessaire que les bureaux et le co-working fonctionnent différemment de ce que nous connaissons et utilisons aujourd’hui.  Le pivot autour duquel tournera la révolution de l’espace de travail, outre les règles d’hygiène qui font désormais partie du quotidien, sera sans doute l’équilibre entre le travail en face à face et le travail intelligent. De grands espaces, moins de bureaux individuels et des environnements en open space, avec une flexibilité régulée et contrôlée. Il est peu probable que nous nous retrouvions dans une société dystopique comme celle de Brabdury, grâce notamment à l’arrivée du vaccin, mais la question des bureaux post-Covid-19 reste plus pertinente que jamais.

Bureaux post-Covid-19 et Smart Working : un équilibre possible ?

Le travail à distance – également appelé travail intelligent mais aussi, plus improprement, travail agile, mis en œuvre par plusieurs entreprises avant même le Covid-19 et repris par une partie importante de la population après son avènement – présente des aspects positifs et négatifs. Un équilibre entre vie professionnelle et vie privée et moins de temps perdu à voyager font certainement partie des avantages à énumérer pour les employés. Moins de consommation et moins d’espace à louer sont des éléments à prendre en compte pour les entreprises.

Le revers de la médaille, surtout pour ceux qui ont une famille nombreuse ou de jeunes enfants, est le manque de concentration et l’insuffisance d’espace ou d’équipement. Sans parler des nouveaux employés, qui se retrouvent dans un nouveau monde, souvent sans avoir jamais vu ou rencontré leurs collègues. L’aspect humain, souvent négligé, reste parmi les choses qui ont le plus d’impact sur les évaluations de nos jours.

Le Huffington Post a répertorié un certain nombre de PDG qui sont prêts à maintenir pour toujours un modèle de bureau hybride post-Covid, notamment le responsable de la collaboration de Cisco Italia, Enrico Miolo, ou Google lui-même. D’autres, comme le PDG de Goldman Sachs, David Solomon, parlent d’une « aberration que nous allons corriger dès que possible ». Le PDG de Cisco, Chuck Robbins, pense que ses employés sont « impatients » de retourner au bureau. Mais alors, pourquoi des entreprises comme Twitter vont-elles jusqu’à proposer à leurs employés de travailler à domicile « pour toujours » ?

Une classe d’actifs à réduire

Si les grandes entreprises ont dû revoir à la baisse leur façon de travailler et de gérer l’espace à court terme, les espaces de co-working ont également été durement touchés. Comme le rapporte Forbes, WeWork – l’une des plus grandes entreprises de co-working au monde – a enregistré un trimestre désastreux fin 2020, avec une perte de plus de 1,7 milliard de dollars. Elle a vendu ses actifs en Chine et est prête à révolutionner son modèle d’entreprise de manière radicale. Compréhensible, puisque le taux d’occupation des espaces de co-working s’est effondré de 27% de février à novembre 2020.

Le nouveau modèle de bureaux et d’espaces de co-working

La flexibilité mentale et physique, qui est le véritable objectif que les entreprises doivent viser, passera également par un modèle différent de conception de l’espace de travail. Tout d’abord, une attention particulière aux lieux de rassemblement – halls et entrées, espaces de détente et machines à café, ascenseurs et salles de réunion. Moins de bureaux individuels et de cubicules assignés, mais des espaces espacés et ouverts où chacun peut réserver son propre poste de travail avant d’arriver. Entrées restreintes, avec un nombre maximum de travailleurs présents par jour.  De nombreux architectes et designers ont proposé leur propre vision de l’environnement de travail post-Covid-19. L’un des plus intéressants est certainement celui de Woods Bagot dans son projet “Working from home, Working for work”, qui a proposé quatre types de modèles : Culture Club, In and Out, Community nodes et Collective.